Hyperphagie et boulimie a ne pas confondre

Hyperphagie

                  

Ne pas confondre Hyperphagie et Boulimie

 

Hyperphagie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'hyperphagie est un des Troubles des conduites alimentaires récent ("Binge Eating Disorder" ou Syndrome d'hyperphagie incontrôlée (Spitzer et al., 1993)). Il se distingue de la boulimie par l'absence de contrôle du poids et donc l'absence de vomissements. L'évolution de cette variété est plus favorable en comparaison avec le trouble boulimique. Les "crises" d'hyperphagie (hyperalimentation) sont caractérisées par la prise, en une courte période de temps (moins de deux heures), d'une quantité de nourriture dépassant notablement ce que la plupart des personnes mangent dans le même temps et les mêmes circonstances. La personne n'a pas l'impression d'avoir le contrôle de sa prise alimentaire ni la possibilité de s'arrêter. Contrairement à la boulimie, l'hyperphagie est une prise d'aliments précis et choisis. S'en suit un sentiment de dégoût, de honte, mais ces compulsions sont incontrôlables. Les crises d'hyperphagie sont souvent liées à un état dépressif.

 

Boulimie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La boulimie est un des Troubles des conduites alimentaires, qui se caractérise par un rapport pathologique à la nourriture se manifestant par des ingestions excessives d'aliments, de façon répétitive et durable. Afin de compenser l'excès de calories ingérées, ou afin de se soulager de sentiments tels que colère, dégoût, pression scolaire, etc... la personne boulimique a recours à un ou plusieurs des actes suivants: Provocation du vomissement Utilisation inappropriée de laxatifs et/ou de diurétiques Exercice physique excessif Imposition de restrictions alimentaires de type anorexiques afin de "rééquilibrer la balance".

           

                    

HYPERPHAGIE BOULIMIQUE

("Binge eating disorder"). Épisodes récurrents de crises de boulimies (" binge eating ").

A.Une crise de boulimie répond aux 2 caractéristiques suivantes : 

1) Absorption, en une courte période de temps (moins de 2 heures), d'une quantité de nourriture dépassant notablement ce que la plupart des personnes mangent dans le même temps et dans les mêmes circonstances.
2) Sentiment de perte de contrôle sur le comportement alimentaire pendant la crise (par exemple, sentiment de ne pas pouvoir s'arrêter de manger ou de ne pas pouvoir contrôler ce qu'on mange ou la quantité de ce qu'on mange).
 
B. Durant les crises de boulimie, au moins trois des critères suivants d'absence de contrôle sont présents :
 
1) Prise alimentaire nettement plus rapide que la normale.
2) L'individu mange jusqu'à l'apparition de sensations de distension abdominale inconfortable.
3) Absorption de grandes quantités d'aliments sans sensation physique de faim.
4) Prises alimentaires solitaires afin de cacher aux autres les quantités ingérées.
5) Sensations de dégoût de soi, de dépression, ou de grande culpabilité après avoir mangé.
 
C. Le comportement boulimique est source d'une souffrance marquée.
 
D. Le comportement boulimique survient en moyenne au moins 2 fois par semaine sur une période de 6 mois.
 
E. Le comportement boulimique n'est pas associé à des comportements compensatoires inappropriés (par exemple vomissements, prise de laxatifs, exercice physique intensif), ne survient pas au cours d'une Anorexie mentale ou d'une Boulimie
 
Quelques éléments 

- Une des particularités de l'hyperphagie est de concerner autant les hommes que les femmes. 


- L'hyperphagie est également appelée « boulimie sans vomissement » ou « compulsion alimentaire grave ». 


- Selon diverses études, près de 50% des personnes souffrant d'obésité souffriraient également d'hyperphagie. D'autres études concluent à un pourcentage encore supérieur (dans l'obésité, à l'hyperphagie se mêlent fréquemment les grignotages). 


- Les personnes souffrant d'hyperphagie consultent moins des psys que dans les autres troubles alimentaires. Elles se tournent plutôt vers un généraliste ou un nutritionniste. 


- Les personnes souffrant d'hyperphagie consultent en majorité pour des problèmes physiques consécutifs au surpoids ou à l'obésité : maladies du cœur, hypertension artérielle, taux élevé de cholestérol, diabète de type 2, apnée du sommeil, insuffisance respiratoire…  

Contrôle et perte de contrôle 

Dans tout domaine psychologique et à fortiori dans celui des troubles, alimentaires ou autres, il y a une règle élémentaire : « plus il aura contrôle, plus il aura perte de contrôle ». Le contrôle est illusoire (on appelle d'ailleurs cela « illusion de contrôle »). L'hyperphagie est une pure représentation de ce principe. Dans de nombreux cas, le trouble se continue et se développe simplement par cette alternance. Dans l'hyperphagie, de longues périodes d'abstinence et de régimes draconiens laissent immuablement la place à des périodes de transgression, de compulsions alimentaires.

                                               

            

 
Petit resumé
 
Les gens souffrant d'hyperphagie compulsionelle sont victimes de ce que l'on appelle une "dépendance" à la nourriture, utilisant la nourriture et l'acte de manger comme un moyen de se cacher de leur émotions, de remplir un vide qu'il ressentent en eux-mêmes, un moyen de faire face au stress quotidien et au problèmes de leur vie.

Les gens souffrant de ce trouble alimentaire ont tendence à être en surpoids et sont généralement conscients que leurs habitudes alimentaires sont anormales, mais trouvent peu de réconfort à cause de la tendances dans nos sociétés à "stéreotyper" l'individu en surpoids. Des mots comme "mets-toi simplement au régime" sont dévastateurs sur le plan émotionnel pour une personne souffrant d'hyperphagie compulsionelle, tout comme les "tu n'as qu'à manger" le sont pour une personne anorexique. Une personne souffrant d'hyperphagie compulsionelle a des risques accrus d'attaque cardiaque, d'hypertension, de choléstérol, d'affections rénales, d'arthrite, de détérioration osseuse et d'arrêt cardiaque.

Les hommes et les femmes Hyperphages se cachent parfois derrière leur apparance physique, en usant comme paravent contre la société (commun chez les pesonnes ayant subi des abus sexuels). Ils se sentent coupables de ne "pas être assez bons", honteux d'être gros, et on généralemnt une faible estime d'eux-mêmes. Ils utilisent la nourriture pour faire face à ces sentiments, ce qui ne fait que les conduire dans le cycle de les ressentir dix fois plus et de devoir trouver un moyen de faire face. Avec une faible estime de soi et un besoin constant d'amour et de validation, ces personnes répèteront obsessivement les épisodes de gavage afin d'oublier la douleur et le désir d'affection.

L'hyperphagie boulimique n'est pas encore officiellement reconnue par le système officiel de classification des maladies. Comme la boulimie, elle se manifeste par des crises de prises alimentaires excessives, mais n'est pas suivie par des périodes de compensation (vomissements, exercices, laxatifs). Obsession de la nourriture et des régimes ainsi que dépression sont associés à cette pathologie. C'est le trouble alimentaire qui commence le plus tard (vers l'âge de 23 ans en moyenne) et qui touche le plus les hommes (deux hommes pour trois femmes environ).

 
Poussiere de fee


01/03/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 318 autres membres